La détention d'immobilier très répandue dans la population

Autant la baisse de l'an passé impactait peu l'immense majorité de nos concitoyens, car la détention d'actions n'est pas très répandue dans la population, autant la baisse des prix immobiliers impacte la richesse d'une majorité de nos compatriotes. (plus de 55% de ménages propriétaires).

Du coup les ménages vont ressentir un effet d'appauvrissement les poussant à épargner un peu plus pour reconstituer leur niveau de richesse préalable.

Toutefois, l'impact principal vient du recul d'un tiers de l'injection de crédit habitat dans la poche des ménages . A priori pas d' impact sur la consommation me direz vous, puisque le crédit habitat finance l'achat de logement ! Certes mais 80% des transactions immobilières ont lieu sur le marché de l'ancien, donc entre ménages. Derrière un ménage acheteur il y a un ménage vendeur qui réalise une belle plus value en phase de boom immobilier. Elle est soit réinvestie dans la pierre (secondo accédants), soit épargnée ou consommée !

Nul doute dès lors que la baisse des prix immobiliers et le fort recul du crédit habitat impactent négativement la consommation de nos compatriotes